Portrait à l'hélice

2006





Installation vidéo et olfactive, réalisée en collaboration avec Alexis Dadier, créateur de parfums, pour ordinateur portable et ventilateur USB.
1 boucle vidéo de 36 mn 45, 1 parfum.






Portrait à l’hélice confronte un gros plan de Eve Kendall (qu’interprète Eva Marie Saint dans North by Northwest/La Mort aux trousses) à une marine de Turner intitulée Le Naufrage représentant plusieurs bateaux pris dans une tempête.

Extrait de la séquence de la vente aux enchères, le plan sur lequel figure le personnage est présenté sur un ordinateur portable où a été branché un petit ventilateur à bras flexible dont les pales sont en mouvement. Le portrait apparaît dans un premier temps presque immobile avant de s’animer au moment où Eve détourne violemment la tête pour regarder ce qui se passe au-dessus de son épaule droite. Le montage fait alors surgir la composition de Turner qui vient s’inscrire sur les traits de la jeune femme par effet de surimpression. Le tableau disparaît au bout de quelques secondes et le visage reprend sa pose initiale.

L’installation met clairement en rapport le souffle du ventilateur et l’apparition de la tempête dans le tableau de Turner. Le déplacement d’air provoqué par la rotation de l’hélice est en effet exposé au sein du dispositif scénographique comme le principal élément qui vient bouleverser la quiétude (toute relative) du portrait. Tandis que la jeune femme détourne le visage pour braquer le regard dans sa direction, la chevelure d’Eve, comme mise en mouvement par le tourbillon, produit un effet de vagues. Se déployant généreusement dans le cadre, elles se dressent au point de menacer les embarcations du Naufrage apparues au même moment dans le montage vidéo.

A travers cette évocation de tempête, Portrait à l’hélice s’inscrit très clairement dans le prolongement de l’installation Circulations des Suites hitchcockiennes. Le personnage d’Eve Kendall y avait déjà été associé au même type de bouleversement météorologique à travers l’intervention d’une autre composition de Turner : Tempête de neige. Vapeur au large d’un port faisant des signaux et avançant à la sonde en eau peu profonde. L’Auteur se trouvait dans cette tempête […]

En référence à cette œuvre qui confrontait sur cinq écrans plusieurs plans de North by Northwest, parmi lesquels de nombreux empruntés à la célèbre séquence de poursuite de Roger Thornhill (Cary Grant) à Prairie Stop, le ventilateur exposé dans ce troisième portrait acquiert une double signification. Il propose à l’échelle du tableau de Turner une évocation de l’avion lancé aux trousses du publicitaire et à l’aune du visage d’Eve Kendall la représentation de la mouche à laquelle l’installation assimilait l’appareil.

Le ventilateur apporte ainsi une double réminiscence du crime dont Roger accuse au même moment sa maîtresse. Quelques minutes plus tard, le publicitaire dénoncera ouvertement les méthodes employées par la jeune femme en lui reprochant d’utiliser le sexe comme une tapette à mouches (flyswatter). Cette allusion fournit une grille d’interprétation à la tension qui se construit au sein de l’installation. Assimilant Eve à une femme fatale, elle la désigne comme un péril pour l’ensemble des hommes qui s’aventurent dans son sillage.

Le titre du portrait renvoie également à un célèbre article d’Eric Rohmer, L’Hélice et l’Idée publié dans Les Cahiers du Cinéma au moment de la sortie en France de Vertigo. Le mouvement des pales du ventilateur fournit en effet une allusion implicite au film de 1957 où le motif de la spirale intervient de manière récurrente.

Cette évocation n’apparaît pas anodine dans la mesure où Laurent Fiévet a longuement insisté dans ses recherches universitaires sur les références entomologiques qu’Alfred Hitchcock travaillait dans Vertigo et sur l’importance qui revêtait le parfum de Madeleine (Kim Novak), utilisé par le personnage comme un véritable objet de manipulation. Comme dans cette œuvre, qui précède immédiatement North by Northwest dans la filmographie du cinéaste, la présence de l’insecte dans Portrait à l’hélice permet de suggérer l’existence d’un vertige olfactif. Il marque implicitement la présence d’un parfum si parfaitement restitué dans le travail de la représentation filmique qu’il parvient même à tromper les sens affûtés d’une mouche.

Ce registre métaphorique inscrit d’ailleurs Portrait à l’hélice dans la lignée de la tradition picturale apparue dès le quinzième siècle qui consistait pour les peintres à représenter des mouches en trompe-l’œil sur leurs tableaux. Si à la différence des ces œuvres, le détail a été dans l’installation modernisé et l’insecte mis en mouvement, il vient pareillement souligner, comme cela a souvent été interprété au sujet de ces œuvres, la virtuosité technique dont fait preuve le réalisateur au moment de la conception de son film. Cet hommage n’est pas rendu ici au réalisme de l’image, voire à la précision que revêt la référence picturale travaillée dans l’extrait. Au regard du thème de la série, il célèbre l’efficacité des données olfactives que le travail de la représentation met implicitement en place au sein du plan.

Il est également possible de penser que la mouche, comme attirée par un cadavre, signifie la menace que Roger porte à Eve dans l’extrait présenté. A l’instar des marins dans le tableau de Turner, le personnage manquera en effet de sombrer à la suite des révélations formulées par le publicitaire dans la salle des ventes. Le collier de rubis que le personnage porte dans le plan donne d’ailleurs l’illusion qu’on lui a tranché le cou dans un effet de décapitation figuratif qui propose une illustration concrète de ce danger.

Une odeur de mort et de décomposition se mêle ainsi à celle des roses qui se déploient sur la robe de la victime, odeur sinistre à laquelle se mêleront celles de la mer et de la sueur des marins au cours de l’apparition du tableau.

Dans le générique de Vertigo, Hitchcock fait surgir d’un œil féminin une envolée de spirales multicolores. Dans Portrait à l’hélice, le mouvement du ventilateur impose pareillement l’évocation d’un regard : celui de Roger dont on aperçoit partiellement le buste dans la partie gauche de la représentation. L’origine de la menace apparaît ainsi signifié par l’emplacement même des pales qui tendent à compléter hors champ le dessin du corps du personnage. A moins que l’on considère que le ventilateur relaie au sein de l’installation le regard que le spectateur porte à l’œuvre, pointant discrètement la menace que la critique peut apporter à son encontre.



Plus d'images




Video






Lieux de présentation



Dans la même série


Copyright © 2016 Laurent Fiévet